Marc Engelhard de Lyon People agresse le patron des Puces du Canal, Stephan Blanchet...

Samedi, 8 Septembre, 2018 - 09:44

Le faux comte joue les patrons mafieux de la vie lyonnaise…

Marc Engelhard qui se dissimule derrière le sobriquet niais de Marco Polisson, porte des accusasions infondées et calomnieuses, à l'encontre de Stephan Blanchet, à propos de la mort de Jean-Baptiste Kaes, représentant en champagne reconverti dans la restauration, au village des containers des Puces du Canal. Jean-Baptiste Kaes laisse trois enfants privés de leur père, ne peut-on réclamer au pseudo journaliste de Lyon People, un peu de décence ? Cette attaque tient-elle du règlement de comptes, cnvers une organisation épurée, remise à flot économiquement, les Puces du Canal, depuis le départ de leur ami, Jacques Chalvin dont beaucoup redoutent le retour du côté des berges de la Saône ? Marc Engelhard est un marchand d'espaces publitaires, comme son associé, Nicolas Winckler. Stephan Blanchet, au nom des Puces du Canal, ne leur achète rien, est-ce la raison de cette basse attaque ? Marc Engelhard cultive les relations louches : Michel Neyret, l'ex-commissaire condamné par ses pairs, un chef vendeur de grenouilles malaisiennes qui se prend pour un président, Marion Maréchal-Le Pen, et enfin, Jacques Chalvin qui laissa les comptes des Puces du Canal, dans un état comateux que Stephan Blanchet redresse par son implication et sa fermeté. Jean-Baptiste Kaes ne payait plus son stand, ainsi que son ami, Jean-Claude Caro. Il était légitime que Stephan Blanchet fasse respecter les règles de location de stands aux Puces du Canal !...Exit, Jean-Claude Caro ! Stephan Blanchet précise : « Pour être complètement juste et précis, Jean-Claude Caro ne souhaitait pas acheter son stand et voulait continuer à rester en précaire comme son ami Jacques Chalvin lui avait, à titre dérogatoire, accordé à son époque. La COP (société d’exploitation des Puces) a rappelé à Jean-Claude Caro que la période « précaire » se terminait en juillet 2017, et qu’il fallait donner une réponse si oui où non, il achetait son stand. Sa réponse a conduit de manière normale à ce qu’il le quitte, remplacé dans les tous prochains jours par un nouveau marchand, jeune, très créatif et plein d’entrain, …et conscient que toute chose se paye, que l’on s’appelle Pierre, Paul, où Jean-Claude. » De quoi se mêle Marc Engelhard, pourquoi est-il aux limites de la loi du 29 juillet 1881 qui régit le pouvoir de la presse. En effet, pourquoi écrire, au risque d'entrer dans la délation, et, parlant du décès de Jean-Baptiste Kaes : « Un nouveau coup au moral alors qu’il était affecté et fatigué de la guerre d’usure menée contre lui par Stephan Blanchet, le nouvel actionnaire principal des Puces du Canal, et des procédures judiciaires qui s’empilaient. Après avoir remporté deux victoires face au patron des Puces, Jean-Baptiste Kaes attendait avec impatience le résultat d’un troisième procès… » Faux! En fait Engelhard devrait vérifier ses sources. Il n'y eut qu'une seule procédure et l'affaire sera jugée en appel. Pour Stephan Blanchet, les locataires de stands sont tous égaux, à partir du moment, où, ils règlent le prix de leur stand. Oui, de quoi se mêle, Marc Engelhardt, ce donneur de leçons est-il sans défaut ? N'a-t-il pas, récemment perdu un procès au tribunal des Prudhommes de Lyon ? Ne doit-il pas affronter une autre affaire judiciaire, avec à l'origine une gestion anachronique de sa société ? Je connais bien, pour les fréquenter presque tous les dimanches, les Puces du Canal. Elles sont redevenues le cadre paisible, où, aiment se retrouver des marchands passionnés, et une clientèle de vrais amateurs, mais aussi, de familles heureuses. Après avoir frôlé une faillite définitive sous la houlette de Jacques Chalvin, ce bonheur de vivre, autour de l'art et des antiquités, est possible grâce à la rigueur, et à l'obstination de Stephan Blanchet !...