Kinderzimmer / Actes Sud

Samedi, 2 Janvier, 2016 - 16:16

A lire absolument

  Ce huitième roman de Valentine Goby (née en 1974) est l’exhumation d’un secret. C’est l’histoire folle de la mise au monde d’un enfant dans le camp de concentration de Ravensbrück. Les mots se précipitent, s’entrechoquent, comme Mila projetée dans un wagon avec tant d’autres. Entassées, pire que des bestiaux. Avril 1944. Où va-t-elle ? Quand bien même elle le saurait, Ravensbrück, ce nom ne lui dirait rien. Le camp, la schlague, la vision d’horreur des prisonnières, que la peau sur les os, des croûtes, des abcès. Ce qu’elle deviendra bientôt. Elle ne le sais pas encore. On les fait mettre nues, on les palpe, on les tond. Mila est enceinte de trois mois. Elle nie. Non je viens d’avoir mes règles. Dans ce chaos, elle va accoucher. De quoi? Elle est est si maigre, si faible. Le petit vient. Elle a quelques gouttes de lait, si peu. Mila est dans la kinderzimmer, une étrange pouponnière. Ceux qui naissent, meurent vite de dysenterie ou de faim. Les mères n’ont pas de lait. Elle l’appelle James. Le petit meurt, en même temps qu’une femme russe qui avait un fils, Sacha. On lui met Sacha dans les bras : ce sera ton fils. La vie est plus forte que tout. Sacha-James vivra. Le camp est libéré, mais tant d’amies sont mortes. De retour dans la famille. Que dire ? Comment exprimer ce qui s’est passé ? Personne ne comprend. Nous aussi on a eu faim, disent-ils ? Beaucoup plus tard Mila-Suzanne Langlois, qui n’a pas oublié les lilas du printemps 1945, dira devant des lycéens : « il faut des historiens pour rendre compte des événements : des témoins imparfaits qui déclinent l’expérience singulière : des romanciers, pour inventer ce qui a disparu à jamais : l’instant présent. » C’est ce qu’a fait Valentine Goby. A lire absolument. P.M. Broché sous jaquette. Format : 11,5 x 21,7 cm. 224 p. 20€. Paule Martigny