Mon nom est Otto Gross / Albin Michel

Jeudi, 8 Mars, 2018 - 18:48

Pionnier de la psychanalyse, neurologue visionnaire

Marie-Laure de Cazotte signe une fascinante biographie romancée. Elle est l'auteur de "À l'ombre des vainqueurs", récompensé par de nombreux prix littéraires dont le Prix du Roman historique. Cette fresque romanesque nous entraîne en Patagonie, à Zurich, Munich, Berlin, Vienne, et jusqu'au coeur de la Grande Guerre. Otto Gross (1877-1920) est le fils du magistrat Hans Gross, féru de criminologie, personne éminemment respectable et respectée. Il est obnubilé par le projet de création d'un institut du crime. Otto, lui, est un enfant sensible qui adore la nature et les animaux. Adolescent, face à ce père, tel la statue du commandeur, il affiche des goûts très différents. Il ne supporte ni l'injustice, ni l'autorité. Ses aspirations déconcertent le juge qui admire par ailleurs les qualités intellectuelles de ce fils unique qu'il qualifie même de génie. Ce qui ne l'empêchera de le faire enfermer pour démence précoce. L'anarchisme d'Otto Gross, ses idées progressistes et sa vie amoureuse libre sont ravalées au rang d'une pathologie. Raisonnement d'autant plus aisé que Otto Gross s'adonne aux opiacées. Pensez donc, il vit avec plusieurs femmes, donne tout ce qu'il a aux nécessiteux et s'oppose à tout ce qui enferme et contrôle les êtres. C'est un végétarien convaincu, un écologiste et un féministe avant l'heure et un inspirateur des dadaïstes. Quel scandale! Médecin interne, Otto Gross scientifique révolutionnaire subjugue ses collègues par ses méthodes avancées. Etre avec Gross c'est envoyer ses préjugés aux orties, tant du point de vue moral que médical. Quand il sera interné falacieusement pour un traitement de sevrage, Carl Gustav Jung refusera sans cesse sa sortie prétendant qu'il n'est pas encore prêt. En fait, Jung, Dieu le fils, de Freud, Dieu le père, pille ses théories psychanalytiques. Les amis d'Otto Gross, en Autriche, en Allemagne et en France s'inquiètent. Apollinaire, Cendrars, Kerr, Weber, etc, manifestent par tous les moyens : « Où est Otto Gross ?». Otto parvient à s'évader et après une vie trépidante, il meurt d'une pneumonie à la suite d'une crise de manque à Berlin, en 1920. Otto Gross est considéré par Michel Onfray comme « le grand oublié de l'histoire de la psychanalyse ». Lecture recommandée. Broché. 14 x 20,5 cm. 344 p. 20€. P.M.