Charlotte Salomon / Taschen

Jeudi, 7 Décembre, 2017 - 13:34

Vie ? Ou Théâtre ?

Peindre pour survivre. Deux auteurs : Judith C.E Belinfante qui étudia l’histoire contemporaine à l’université d’Amsterdam, dirigea le musée historique juif d’Amsterdam, et présida la fondation Charlotte Salomon, entre 2002 et 2017, et, Evelyne Benesch directrice-adjointe du Bank Austria Kunstforum de Vienne, et, commissaire d’expositions. Une sélection de 450 gouaches d’une artiste allemande qui mourut assassinée, à Auschwitz. Avec une chronologie, depuis sa naissance, en 1917, à Berlin, jusqu’à sa mort, le 10 octobre 1943, enceinte de cinq mois. Alexander Nagler, qu’elle avait épousé, le 17 juin, mourut des suites du travail forcé. La peinture de Charlotte Salomon se décline comme un journal. On peut lire toute sa vie, avec des fulgurances, des portraits qui jaillissent, des allégories semblables à celles d’Aloïse Corbaz. Pour Charlotte Salomon, il n’est pas question de peindre, bien ou mal. Il s’agit de parler, d’exprimer, de dire sa vie qu’elle soit sereine, ou, tumultueuse. Je vous recommande, très vivement, la lecture de ce livre, et, l’étude des œuvres de Charlotte Salomon martyre de la folie des ignobles nazis, pseudos amateurs d’art. Un ouvrage à offrir à vos meilleurs amis. Relié, couverture cartonnée, toilée avec tranchefile et marque-page blancs. 599 p. Format : 24,5 x 17,5 cm. 29,99 €. Alain Vollerin