La Méduse / Editions de Fallois

Samedi, 11 Novembre, 2017 - 17:56

Chronique d'un naufrage annoncé...

Sur la couverture, le tableau de Théodore Géricault, tout à fait infidèle, à la réalité de la pitoyable aventure de ce géant des mers. L'auteur, Olivier Merle est le fils du romancier, Robert Merle. Il a étudié l'univers de la Marine à voile avec soin, n'oubliant aucun terme technique. En fait, ce radeau fut construit après l'ensablement stupide de La Méduse, sur le banc d'Arguin, aux larges des côtes du Sénégal. Ce n'était pas le frêle esquif, portant quelques malheureux mourants de soif et de faim, décrit par Géricault, mais au contraire, une robuste construction de vingt mètres de long sur sept de large, occupée par cent cinquante personnes militaires et matelots. Il y eut quelques survivants, dont l'ingénieur des Mines, Charles Brédif, ancêtre de l'auteur. Un récit palpitant qui répond à nos interrogations. Une fois encore, la réalité est plus angoissante que la fiction, même picturale, et jaillie de l'âme tourmentée d'un héros de la peinture romantique. Une lecture recommandée. Broché. 380 p. Format : 22,5 x 15,5 cm. 22€. A.V.