Vivre libre / Grasset

Jeudi, 20 Décembre, 2018 - 14:18

Le testament spirituel d'un écrivain...

  Je fais partie de cette génération qui eut la chance d'entendre et de voir, assez souvent, à la tévision Henry de Montfreid (1879-1974), répondre fièrement aux questions souvent superficielles, de journalistes, déjà incultes, venus l'interroger à la recherche de l'information inédites. A chaque fois, ils étaient cueillis par la splendeur de ce maître de la solitude des mers et de la littérature. Fils de George-Daniel de Montfreid, ami indéfectible de Paul Gauguin. Les textes réunis ici, furent sélectionnés par son petit-fils Guillaume de Montfreid. Parmi les « compagnons » d'Henry de Montfreid, il y avait Pierre Teilhard de Chardin, le visionnaire, tellement contesté, et même moqué, l'abbé Breuil, archéologue fantasque, et Joseph Kessel dont les sentiments amicaux que lui portaient Henry de Montfreid résistèrent péniblement, lors d'un trop long séjour de l'auteur du Lion, à certaines confrontations populistes. Admirable Paul Gauguin qui disait, sans rire : « Déplaire est mon plaisir... » Henry de Montfreid fut un aventurier semblable au poète Arthur Rimbaud (ils marchèrent sur les mêmes pistes), aussi exalté, et parfois déshonnête que l'auteur des « Illuminations ». Avec une préface de Arnaud de la Grange. Entrez dans une autre époque, aux côtés d'un navigateur qui vous fait participer à ses nombreuses manœuvres maritimes. Pour tous les marins, de toutes les générations, et, pour puiser une expérience exemplaire dans sa philosophie née de ses épreuves et de ses rencontres. Je pense à Michel Ragon, historien et critique d'art, qui avait intitulé un de ses livres : « J'en ai connu des équipages... » Un cadeau infiniment providentiel. Broché. 313 p. Format : 20,5 x 14 cm. 20€. Alain Vollerin