Jean Couty. Au fil de l’eau / Musée Jean Couty

Dimanche, 31 Juillet, 2022 - 12:02

Le musée vous invite à un voyage au fil de l’eau à travers les plus beaux paysages aquatiques de Jean Couty

Venise, la Salute, 1965, Huile sur toile, 130 x 162 cm

Jean Couty a beaucoup peint la Saône qu'il voyait depuis la fenêtre de son atelier. Le critique d’art René Deroudille aimait faire référence à propos de l’œuvre de Jean Couty à la Saône et à ses eaux glauques. Vous apprécierez dans cette nouvelle exposition des peintures de Jean Couty des quais de Saône aux ports de Bretagne, de l’Île Barbe aux bords de l’océan Indien, de Venise à Santorin. Le peintre avait 26 ans quand il fut nommé sociétaire au salon du Sud-Est. Il suivait ainsi une procédure qui voulait que pour être officialisé dans l’univers de la peinture lyonnaise, il convenait d’être accepté parmi les membres du salon du Sud fondé par un groupe avant-gardiste Les Ziniars. Jean Couty que j’ai eu la chance de bien connaître à partir d’une exposition que nous avions organisée à la Croix avec René Deroudille, était fier de dire qu’il avait produit le premier dessin de la Résistance en 1940 dans les Temps Nouveaux. Je me souviens aussi de sa dernière exposition, une rétrospective présentée à l’Auditorium de Lyon par la volonté de son épouse Simone qui veillera toujours à ce que son œuvre occupe la place méritée dans l’univers de la peinture en France, puisque Jean Couty exposa dès la fin de la Seconde Guerre mondiale à la galerie Katia Granoff, à Paris où il obtint en 1950, le grand Prix de la Critique après Bernard Lorjou et Bernard Buffet. Jean Couty pouvait être fier d’avoir obtenu en 1975 le Prix des peintres Témoins de son Temps remis à Paris, Musée Galliera. Il fut le seul lyonnais à obtenir cette reconnaissance nationale. N’oublions pas de signaler qu’en 1976, le très actif critique d’art René Deroudille obtint une rétrospective à l’Espace Lyonnais d’Art contemporain (ELAC) qui était aussi le siège de l’association des Critiques d’art lyonnais  installée à l’ELAC. Autre reconnaissance méritée, le natif de Saint-Rambert fut élu à l’Académie des Sciences des Arts et Belles Lettres de Lyon. Il recevra quatre ans plus tard, en 1987 la médaille de commandeur des Arts et des Lettres, remise à l’ELAC par le préfet Carrère.  Nul artiste n’a su mieux que Jean Couty traduire les lumières illuminant la cité lyonnaise, et surtout, en 1975 les chantiers qui firent de lui un témoin essentiel. Toujours dans l’esprit des jurys éclairés, il reçut en 1989 le prix des Peintres de la lumière et de la spiritualité à Lourdes. Je repense au plaisir de la courageuse Simone Couty, toujours à ses côtés pour le soutenir. Parmi les nombreux artistes qui s’illustrèrent dans la description de la ville de Lyon, Jean Couty restera comme le plus "inspiré", la spiritualité irradiant toujours son œuvre. Je vous recommande sincèrement une visite du Musée Jean Couty, soigneusement créé et administré par son fils Charles et sa femme Myriam. Profitez en pour augmenter la visite d’une promenade à l’ombre des frondaisons de l’île Barbe, et pourquoi pas, d’une petite collation à la terrasse de la Boulangerie du célèbre Jocteur. Musée Jean Couty, 1 place Henri Barbusse. Lyon 9e. Jusqu’au 4 décembre 2022. 04 72 42 20 00. www.museejeancouty.fr. Alain Vollerin. Mémoire des Arts