Vendredi 14 février 2020, mort de Michel Ragon, né le 24 juin 1924

Jeudi, 20 Février, 2020 - 20:18

Ou lorsqu'un jour de joie se transforme en jour de deuil…

Michel Ragon pendant son hommage au Centre Pompidou, en 2015

Depuis son arrivée à Paris en 1947, où il fit la connaissance de Pierre Soulages et rédigea ses premiers articles dans la revue « Arts », Michel Ragon fit toujours preuve d'une indépendance exemplaire. A cette époque, les critiques d'art n'étaient pas accompagnés de photographes. Le peintre Jean-Albert Carlotti illustrait les articles de Michel Ragon, tandis que René Deroudille était le correspondant de Arts à Lyon. Michel Ragon était une personnalité admirable. Autodidacte, il entra à la Faculté pour entreprendre des études couronnées de succès. Romancier, sa « Mémoire des vaincus » demeure la première épopée raisonnée à propos de la Révolurion russe. Les éditions Albin Michel publiaient avec régularité les romans de Michel Ragon : Enfance vendéenne, L'accent de ma mère, Les mouchoirs rouges de Cholet (Prix des lectrices de Elle, Goncourt du récit historique), Le marin des sables, Le roman de Rabelais (Prix des Maisons de la presse), Ma sœur aux yeux d'Asie, La louve de Mervent, etc. Il écrivit une Histoire de l'architecture et de l'urbanisme mondiale qui le fit àpprécier de tous les architectes engagés. A l'époque il écrivait dans l'Express et dans Le Jardin des arts. Il fit aussi une fascinante Histoire des arts plastiques, dont « 25 ans d'art vivant », reprise plus tard par « 50 ans d'art vivant ». Avec Pierre Restany et Pierre Cabanne, il fut l'un des critiques d'art les plus efficients de la seconde moitié du XXe siècle. Nous eûmes la chance de réaliser avec lui une vingtaine de films : Pierre Soulages, Zao Wou-Ki, Takis, James Guitet, Jean Pierre Raynaud, la Fabuloserie, Histoire de Cobra, Jacques Doucet, Corneille, Bernar Venet, etc. Nous ne remercierons jamais assez Bernard Blistène, directeur du Centre Pompidou, pour l'hommage « Itinéraire d'un visionnaire » qu'il rendit à l'œuvre de Michel Ragon, dans ce temple de la modernité. Michel Ragon était aussi un spectateur attentif de notre société. En 2013, il avait décrit sa révolte devant les impostures qui semblent avoir remplacé l'audace et la quête de la vérité, une époque où les artistes créaient sans penser au cours de la Bourse, souvent encouragés par des galeristes qui croyaient en leur talent et des critiques à qui l'admiration tenait lieu de pain quotidien. Des réflexions contenues dans « Journal d'un critique d'art désabusé ». Parmi les écrits de Michel Ragon n'oublions pas son « Histoire de la littérature prolétarienne », sa description de l'insurrection vendéenne, et son « Dictionnaire de l'anarchie ». Nous présentons à son épouse Françoise Ragon et à tous ses amis nos infiniment respecteuses salutations. Les obsèques de Michel Ragon auront lieu mercredi 19 février 2020, en l'église Saint-Estache à 14h, suivies de l'inhumation au cimetière Montparnasse. Alain Vollerin