Rembrandt / Taschen

Samedi, 12 Octobre, 2019 - 20:48

Les autoportraits 1628-1669…

  Il s’agit incontestablement d’un des plus beaux livres publiés dans cette dernière partie de l’an 2019, sous l’autorité de Wolker Manuth et Marieke de Winkel, qui nous disent que c’est à la fin de la période de Leyde que virent le jour les premiers autoportraits autonomes de Rembrandt, qui, au début servent surtout à explorer l’effet de la lumière. L’idée de reproduire en première de couverture par l’usage de l’impression lenticulaire, favorise notre perception de cette préoccupation permanente de Rembrandt à l’aide de cinq autoportraits. Plus souvent que tout autre artiste avant lui, Rembrandt le sublime, a peint son propre visage. Il devait, jusqu’à sa mort, immortaliser ses traits distinctifs plus de quatre-vingt fois dans des peintures, eaux-fortes et dessins. Il avait vingt-deux ans environ, lorsqu’il peignit l’un de ses premiers autoportraits. Nous souligons l’exemplarité de la mise en page, avec souvent en double page, l’autoportrait dans sa totalité et en regard la présence d’un gros plan en bords perdus. Ce qui apporte de la puissance à ces chefs-d’œuvre. Ces autoportraits étaient des objets de collection appréciés des amateurs d’art, ce dont Rembrandt avait conscience. Les spécialistes n’ont jamais cessé d’interpréter les admirables autoportraits de Rembrandt, comme étant avant tout une autobiographie peinte. Contient une biographie. Un cadeau luxueux. Relié. Couverture cartonnée, toilée. Gardes noires. Sur beau papier de création, avec tranchefile, et marque-page tissu blanc. Format : 34,5 x 26,5 cm. 175 p. 49,90€. Alain Vollerin